Le projet culturel

Le Centre des monuments nationaux a souhaité tout d‘abord mettre en valeur la renaissance de la villa. Au-delà de la réflexion sur la visite et les différents espaces pédagogiques, un matériel d’information a été spécialement développé pour le public (tablettes numériques, vidéos sur le chantier). Le public pourra aussi découvrir les matériaux d’origine et les matériaux restitués dans une matériauthèque. Enfin, une infiltration artistique conçue par l’artiste Jean Sylvain Bieth complètera ces dispositifs cherchant à restituer certains événements de la vie de famille ou de l’histoire de la villa.
Un service éducatif et culturel sera chargé en particulier des programmes destinés aux scolaires et aux étudiants.
Dès 2016, la villa Cavrois sera un lieu vivant et dynamique, de rencontres et d’échanges en matière d’architecture et de design, s’inscrivant dans le réseau des institutions culturelles locales, nationales et internationales. Expositions, rencontres, projections rythmeront sa programmation. Des interventions d’artistes seront organisées, intégrées aux espaces (vidéo, films, photographies). Des projets d’installations spécifiques seront commandés.Deux espaces sont d’ores et déjà dédiés à ces programmes : le garage et la salle de jeux des enfants.Ces projets pourront être organisés en partenariat avec d’autres structures de la région, tels Le Fresnoy, le Grand Hornu à Mons (Belgique) ou les musées et institutions de design et d’arts décoratifs.

Le Parcours de visite

Toute la villa est ouverte à la visite y compris les sous-sols.
L’accès des visiteurs à la villa se fera par le pavillon du gardien, dont le rez-de-chaussée (l’ancien garage) sera aménagé en accueil (billetterie boutique).
La durée moyenne de visite sera d’environ 1h30.
Une librairie-boutique aménagée dans l’ancienne maison du gardien et consacrée au design et à l’architecture, proposera notamment des ouvrages sur la villa Cavrois publiés aux Editions du patrimoine.

Les visiteurs pourront découvrir 5 types d’espaces :
- des espaces reconstitués à l’identique et largement remeublés, en particulier ceux dédiés à l’origine aux parents, la salle à manger des enfants, pour lesquels le CMN a acquis le mobilier d’origine
- des espaces reconstitués pour lesquels le mobilier est manquant (grand hall ; salle à manger des parents…) où l’accent est mis sur les enjeux architecturaux et décoratifs
- des espaces reconstitués non meublés, ouverts à l’exposition, à l’animation où se conjugueront respect de l’architecture et des décors et insertion d’objets/oeuvres qui ajouteront une vision contemporaine, ou qui pourront aussi accueillir des objets, des oeuvres d’art, échos à l’implication que Mallet-Stevens avait lui-même dans les années 20 et 30 dans le champ de ce qui n’était pas encore appelé design.
- des espaces techniques au sous-sol où cohabiteront : une matériauthèque dans la cave à vins ; la buanderie avec d’anciennes machines domestiques restaurées, des exemples de matériels techniques conservés ; des espaces participant à l’animation/lieux d’exposition dans le garage et le couloir de circulation.
- une pièce non restaurée, témoignant du délabrement de la villa lors de son sauvetage par l’Etat (la chambre des garçons au 1er étage, aile Ouest).

Le visiteur pourra librement circuler dans la quasi-totalité de la villa, certains espaces devant être réservés soit pour des équipements techniques ou de sécurité, soit pour des espaces de travail. Il a été pensé que cette libre circulation s’imposait dans une demeure privée conçue pour une vie de famille, où chacun pourra apprécier selon ses propres attentes les raisons pour lesquelles la villa a été classée monument historique devant figurer dans le patrimoine de l’Etat. Le fait que la maison ait été conçue comme une mise en scène de la vie domestique est également une invitation faite au visiteur d’imaginer ce qu’a pu ou aurait pu être la vie de la famille.
Les agents d’accueil seront formés pour répondre à toutes les questions.

1 Vestibule / 2 Salon-hall / 3 Salle à manger des parents / 4 Salle à manger des enfants / 5 Cuisine et office / 6 Fumoir / 7 Chambres de jeune homme / 8 Escalier / 9 Aile des parents / 10 Aile des enfants / 11 Salle de jeux / 12 Sous-sol

Des outils de médiation et d'interprétation modernes

Une application de visite en réalité augmentée

Le projet « Cavrois numérique », lancé en 2012, a été réalisé par le CMN, en partenariat avec la société Art Graphique et Patrimoine, avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication dans le cadre de l’appel à projets 2012 « Services numériques culturels innovants » et constitue un outil de médiation de référence pour l’établissement.
À l’entrée du monument seront proposées à la location des tablettes tactiles permettant de découvrir la villa de manière innovante et sensible.
S’adressant à de nombreux publics - familial, spécialisé (architectes, étudiants…), scolaire, en situation de handicap, l’application permettra de s’immerger dans l’état 1932 de la villa et de voir certains espaces restitués en 3D avec son mobilier.

Le visiteur pourra déambuler librement sur le site et découvrir 15 points d’intérêt intérieurs et extérieurs sur la villa. Les contenus seront disponibles en français, anglais, néerlandais et langue des signes française.

Des approfondissements, focus, thématiques, éclairages sur des points précis seront également accessibles.

Les visiteurs pourront ainsi procéder à une visite appelant divers contenus audio, vidéo, graphiques, animations, au travers de cette application aux fonctionnalités originales telles que réalité augmentée et animations 3D.

La durée de consultation globale sera d’environ 1h.

Cette tablette numérique sera proposée en location pour 4 €. Le retrait se fera à la billetterie-accueil.
L’application pourra aussi être téléchargée par les visiteurs sur leurs propres appareils pour 2,99 €.

Captures d’écran de l’application © Art graphique et patrimoine / CMN

Une matériauthèque

La matériauthèque prendra place dans la cave à vins, située dans les sous-sols de la villa. La configuration des casiers permettra de présenter une partie des matériaux anciens aux côtés de ceux restitués à l’identique. L’objectif sera de saisir la démarche de restauration qui a consisté à retrouver l’état historique d’origine de la villa de 1932.

La matériauthèque sera organisée en différents registres, classés selon les éléments de construction – tels que les plaquettes de brique des façades, les carreaux en ciment des terrasses – les éléments décoratifs, comme les marbres, puis les équipements techniques incluant le matériel électrique et les garde-corps extérieurs. Cet espace très didactique aura pour objet de montrer combien l’architecture, au-delà du dessin, repose sur l’association de matériaux spécifiques, choisis pour leur qualité visuelle, technique ou décorative.

Les matériaux ayant été déposés pour conservation (tels des équipements comme la cabine de Jean Prouvé) ou ayant été produits en grande quantité pour permettre des réparations régulières (en premier lieu les briques) seront soit conservés en réserve soit exposés au sein de la matériauthèque en rez-de-jardin.

Un document de visite

Le public aura également à sa disposition un feuillet de visite gratuit et disponible en quatre langues (français, anglais, allemand, néerlandais) qui lui apportera les informations essentielles sur la commande et l’histoire du monument ainsi que des éléments de lecture de son architecture.

Une salle audiovisuelle

Une salle audiovisuelle installée dans l’ancien garage permettra notamment la diffusion d’un film documentaire de 26 minutes sur la restauration du monument, en particulier sur la première phase de restauration des intérieurs. Ce film témoigne des savoir-faire mobilisés sur le chantier de restauration du parc et des intérieurs.

Un centre d’interprétation numérique

Un centre d'interprétation pérenne sera installé dans l’une des anciennes chambres de jeune homme du rez-de-jardin. Il traitera les grands thèmes permettant de donner une bonne compréhension de ce monument : la place de Mallet-Stevens (1886-1945) dans l’histoire de l’architecture et en particulier l’architecture moderne après la Première Guerre mondiale ; la place de la villa Cavrois dans l’oeuvre de Mallet-Stevens ; la vie de la villa, celles de ses occupants (la villa au temps de Paul Cavrois 1932-1939 ; les aléas de l’histoire nationale et familiale 1939-1985 ; l’abandon de la villa par son nouveau propriétaire, puis l’intervention des services de l’État jusqu’à son acquisition 1986-2001 ; la restauration de la villa 2001-2015).
Les contenus seront disponibles également en français, anglais, néerlandais et langue des signes.

Une infiltration artistique

Conçu par Jean Sylvain Bieth, le projet d’infiltration artistique visible dès l’ouverture de la villa pour une durée de six mois cherche à ajouter un supplément d’âme dans une maison qui aura connu grandeur et décadence. Sa renaissance ne peut faire oublier qu’elle fut habitée par des rires d’enfants, des parfums, des voix. Elle connut plusieurs vies, des lueurs et des heures sombres. Elle vécut des joies et des peines. Ce projet est une évocation de certains de ces moments, témoignage qu’elle fut un lieu vivant avant que d’être un monument national. L’infiltration prendra la forme d’objets, de livres, de magazines ou de parfums.
Cette infiltration sera intitulée « La Maison du péril », en référence au roman d’Agatha Christie, publié en 1934.