Alerte Grand Froid

Image de l'article

Pascal Joly, préfet en charge de l'égalité des chances, Régis Cauche, maire de Croix et Georges Lecomte, du Centre Français du Secourisme Nord

Hébergement d'urgence

à Croix

"Nous voulons une ville attentive, elle l'est !", déclare Régis Cauche, maire de Croix, en visite ce 6 février 2012 à l'ancienne école Léon Blum, rue du Château à Croix, transformée en hébergement d'urgence pour les mal-logés. Avec Pascal Joly, préfet délégué pour l'égalité des chances dans le Nord, le maire de Croix a très vite réagi à la mesure de réquisition préfectorale survenue le 3 février dernier. 65 personnes, toutes de la communauté Rom, ont été abritées pour échapper au grand froid qui sévit actuellement. Sur la totalité, plus de la moitié est composée d'enfants, parfois en très bas âge, le plus jeune bébé ayant 9 mois. "Dans ce cas, c'est le principe de l'accueil inconditionnel qui prévaut", explique Pascal Joly. Les sans-abris ou mal-logés sont détectés grâce au numéro d'urgence, le 115 que tout citoyen peut appeler pour signaler une personne en détresse dans le froid. A Croix, c'est le Centre Français du Secourisme qui a assuré le suivi et la logistique sanitaire ou alimentaire de l’établissement réquisitionné, après que les Services municipaux ont pris en charge la mise en chauffage du site.

L'équipe de bénévoles

Georges Lecomte est à la croisée des deux chemins : mairie adjoint de Croix en charge de la Solidarité, du logement et des quartiers, il est aussi le directeur départemental du Centre Français du Secourisme Nord. C'est lui qui est confronté, tous les jours, à la douleur des plus nécessiteux qui n'ont aucun moyen de lutter seuls face à l'hiver. Il connaît leurs histoires, leurs parcours, leurs silences. C'est lui qui, avec son équipe de bénévoles, organise les entrées et sorties, les services de repas et les répartitions des familles par "chambres", anciennes classes transformées pour l'occasion en dortoir. "Croix fait partie, avec Wattrelos et Haubourdin, des trois villes qui se mobilisent dans le département du Nord, pour mettre en place un hébergement d'urgence" explique Régis Cauche. Et le maire de Croix précise qu’il "faudrait que sur les 85 communes qui composent la Communauté urbaine de Lille, d'autres municipalités sachent en faire autant". "L’enveloppe globale consentie par l’État au titre de l’urgence s’élève à 69 millions d’euros par an. A titre indicatif, précise Pascal Joly, un mois de campagne hivernale coûte 800 000 euros à la Collectivité".

Échange Mihai et Régis Cauche

Mihai Zoro, 35 ans, est Roumain, père de cinq ans, marié à une jeune femme de 22 ans. En anglais, Régis Cauche échange quelques mots avec lui. Il explique qu’il avait entendu dire qu’en France, la vie pouvait être meilleure que dans son pays. Il est donc parti en car, avec sa famille et s’est installé tant bien que mal avec les siens, dans la métropole lilloise pour "permettre aux enfants d’être scolarisés, dit-il, d’avoir une chance". Vendredi 3 février, il a été retrouvé grelottant de froid avec sa famille et se dit soulagé de pouvoir bénéficier de cette aide d’urgence. Il sait pourtant que la semaine prochaine, il devra trouver une autre solution d’hébergement.

Retour à la liste des actualités

Les autres actualités

Actualités précédentes
Actualités suivantes